L’énonciation des proverbes

Dans J.-C. Ans­combre, B. Dar­bord et A. Oddo (dir.)
La parole exem­plaire. Intro­duc­tion à une étude lin­guis­tique des pro­verbes
Armand Colin, 2012, 53–66

 


L’ENONCIATION DES PROVERBES

Laurent Per­rin
Uni­ver­si­té de Lor­raine, CREM

 

Les pro­verbes sont sou­vent appré­hen­dés comme un patri­moine ver­bal issu d’une tra­di­tion ances­trale, atta­chée tant à l’oralité qu’aux ori­gines du lan­gage et à la culture popu­laire. La concep­tion énon­cia­tive des pro­verbes qui sera pro­po­sée dans cette étude per­met de rendre compte de cette intui­tion comme d’une pro­prié­té de l’énonciation des phrases pro­ver­biales, telle qu’elle se trouve ins­truite par le sens même des phrases en ques­tion. Non seule­ment les pro­verbes peuvent être le fruit d’une habi­tude effec­tive, d’une rou­tine par­fois ancienne, consis­tant à énon­cer une phrase en cer­taines cir­cons­tances, mais sur­tout ce sont les phrases mêmes en quoi consistent les pro­verbes qui qua­li­fient leurs énon­cia­tions comme le fruit d’une telle habi­tude. Cette der­nière n’est donc pas sim­ple­ment (ou même pas for­cé­ment) un fait his­to­rique effec­tif, mais une vir­tua­li­té séman­tique que portent les phrases pro­ver­biales, vir­tua­li­té qui s’écarte par­fois, ou du moins met en scène et donc recons­ti­tue fic­ti­ve­ment le fait his­to­rique. Les phrases mêmes de la langue en quoi consistent les pro­verbes qua­li­fient leurs énon­cia­tions vir­tuelles (dont l’é­non­cia­tion effec­tive n’est qu’une occur­rence avé­rée) comme le fait d’une habi­tude col­lec­tive. Par quels moyens séman­ti­co-prag­ma­tiques ? C’est ce à quoi nous allons ten­ter de répondre dans cette étude.[1]Qui reprend une pré­cé­dente approche des pro­verbes pré­sen­tée dans Per­rin (2000), et revi­si­tée récem­ment dans Per­rin (à paraître), dont cette étude revoit et pré­cise les grandes lignes.

Lire la Suite

Notes   [ + ]

1. Qui reprend une pré­cé­dente approche des pro­verbes pré­sen­tée dans Per­rin (2000), et revi­si­tée récem­ment dans Per­rin (à paraître), dont cette étude revoit et pré­cise les grandes lignes.

Présentation

Dans M. Colas-Blaise, M. Kara, L. Per­rin et A. Petit­jean (dir.)
La ques­tion poly­pho­nique (ou dia­lo­gique) en sciences du lan­gage
Recherches lin­guis­tiques, n° 31, Uni­ver­si­té de Metz, 2010, 3–13

Voix et point de vue de la négation

En col­la­bo­ra­tion avec P. Lar­ri­vée
dans M. Colas-Blaise, M. Kara, L. Per­rin et A. Petit­jean (dir.)
La ques­tion poly­pho­nique (ou dia­lo­gique) en sciences du lan­gage Recherches lin­guis­tiques, n° 31, Uni­ver­si­té de Metz, 2010, 175–199

La voix et le point de vue comme formes polyphoniques externes. Le cas de la négation 

Langue Fran­çaise n° 164, décembre 2009, 61–79

 


 

Laurent Per­rin
(Uni­ver­si­té Paul Ver­laine – Metz, CELTED, EA 3474)

 

L’objectif de cette étude sera d’examiner les faits poly­pho­niques sous l’angle de deux oppo­si­tions trans­ver­sales. La pre­mière, entre voix et point de vue, dis­tingue deux niveaux de sub­jec­ti­vi­té séman­tique, consti­tu­tifs de la struc­ture poly­pho­nique des phrases de la langue, asso­ciés res­pec­ti­ve­ment à la prise en charge des formes et des conte­nus à l’intérieur du sens des énon­cés. La seconde oppo­si­tion, entre poly­pho­nie interne et poly­pho­nie externe, tient au fait que la struc­ture poly­pho­nique des phrases peut se can­ton­ner à l’articulation de voix ou de points de vue impli­qués dans leur énon­cia­tion effec­tive, assu­mée par un seul et même locu­teur, mais que cette orga­ni­sa­tion peut aus­si être enri­chie dans l’interprétation des énon­cés, de manière à inté­grer maté­riel­le­ment en son sein, par cita­tion ou refor­mu­la­tion inter­po­sée, cer­taines voix ou points de vue aux­quels l’énoncé fait écho.

Ces dis­tinc­tions per­mettent de rendre compte de ce qui oppose, toutes choses égales par ailleurs, le dis­cours rap­por­té au style direct et au style indi­rect, les formes de moda­li­sa­tions auto­ny­miques aux moda­li­sa­tions pro­po­si­tion­nelles, le sens notam­ment des pro­verbes à celui des phrases géné­riques expri­mant un sté­réo­type (Per­rin à paraître 1), les expres­sions figées aux syn­tagmes ordi­naires (Per­rin à paraître 2), les déno­mi­na­tions dites délo­cu­tives (Ben­ve­niste 1966b, Ans­combre 1985) aux simples déno­mi­na­tions. En ce qui concerne les marques gram­ma­ti­cales ou dis­cur­sives, une telle oppo­si­tion per­met en outre de qua­li­fier ce qui carac­té­rise la visée méta­lin­guis­tique asso­ciée à l’emploi de cer­tains connec­teurs – comme celle du mais tra­duit par son­dern en alle­mand, par oppo­si­tion au mais argu­men­ta­tif tra­duit par aber (Bir­ke­lund, ce volume) – ou encore ce qui oppose la néga­tion dite méta­lin­guis­tique aux autres formes de néga­tions (Lar­ri­vée et Per­rin à paraître). La troi­sième par­tie de cette étude ten­te­ra d’appliquer ces dis­tinc­tions à ce qui oppose les usages dits des­crip­tifs, polé­miques et méta­lin­guis­tiques de la néga­tion.

Lire la Suite

La question polyphonique (ou dialogique) en sciences du langage

Marion Colas-Blaise, Moha­med Kara, Laurent Per­rin, et André Petit­jean (dir.)

Recherches lin­guis­tiques, n° 31, Uni­ver­si­té de Metz, 2010

Liste alpha­bé­tique des auteurs :
G. Achard-Bayle – J.-C. Ans­combre – D. Apo­the­loz – J. Bres – M. Carel – H. de Cha­nay – B. Com­bettes & A. Kuyum­cuyan – D. Col­tier & P. Den­dale – M. L. Donaire – K. Fløt­tum & O. Gjers­tad – P. Haillet – P. Lar­ri­vée & L. Per­rin  – Sophie Moi­rand – H. Nølke – A. Raba­tel – L. Rosier – L. de Saus­sure – M. D. Vive­ro Gar­cià

Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours

Laurent Per­rin (dir.)
Recherches lin­guis­tiques, n° 28, Uni­ver­si­té de Metz, 2006

 

Liste alpha­bé­tique des auteurs :
G. Achard-Bayle – J.-C. Ans­combre – A. Auchlin & A. Gro­bet – J. Bres & A. Nowa­kows­ka  – M. Carel & O. Ducrot – P. DeBra­ban­ter – H. de Cha­nay – P. Den­dale & D. Col­tier – K. Fløt­tum – M. Kara – A. Kuyum­cuyan – P. Lar­ri­vée – H. Nølke) – C. Norén – L. Per­rin – A. Raba­tel) – L. Rosier) – D. Vincent- R. Vion

Introduction

Dans L. Per­rin (dir.)
Le sens et ses voix. Dia­lo­gisme et poly­pho­nie en langue et en dis­cours
Recherches lin­guis­tiques, n° 28, Uni­ver­si­té de Metz, 2006, 5–17

Polyphonie et autres formes d’hétérogénéité énonciative : Bakhtine, Bally, Ducrot, etc.

Pra­tiques n° 123–124, 2004, 7–26

 


 

Laurent Per­rin
Uni­ver­si­té de Metz

 

Mots clés : Lin­guis­tique, ana­lyse du dis­cours, poly­pho­nie, dia­lo­gisme, énon­cia­tion, séquence écho, refor­mu­la­tion, point de vue, sujet par­lant, locu­teur, énon­cia­teur.

 

Cette étude aborde dif­fé­rentes approches de la dimen­sion dia­lo­gique ou poly­pho­nique du lan­gage. En par­tant des écrits du lin­guiste russe Mikhaïl Bakh­tine, qui en a fait des concepts opé­ra­toires en sciences du lan­gage, nous ten­te­rons d’évaluer ce qu’il advient aujourd’hui de ces notions dans le cadre de dif­fé­rentes approches énon­cia­tives du sens.

Les approches en ques­tion s’inscrivent dans une tra­di­tion dont l’un des pion­niers, à qui l’histoire n’a sans doute pas encore com­plè­te­ment ren­du jus­tice, est incon­tes­ta­ble­ment Charles Bal­ly. Oswald Ducrot recon­naît notam­ment avoir pui­sé chez Bal­ly cer­taines obser­va­tions fon­da­trices de sa concep­tion selon laquelle les phrases de la langue qua­li­fient leur propre énon­cia­tion comme éma­nant de dif­fé­rentes voix, de dif­fé­rents points de vue.

Après celles de Bakh­tine et de Bal­ly, cer­taines pro­po­si­tions de Ducrot seront prises en compte et confron­tées à d’autres approches. Il appa­raî­tra que cette notion de poly­pho­nie est encore loin d’être sta­bi­li­sée, mais qu’elle annonce peut-être un vrai renou­vel­le­ment de nos concep­tions du sens. À condi­tion de s’entendre et de par­ve­nir à har­mo­ni­ser les forces en pré­sence, les approches et ten­ta­tives de des­crip­tions diverses, por­tant sur des faits poly­pho­niques plus ou moins appa­ren­tés. Cette étude vou­drait y contri­buer.

Lire la Suite